L'actualité de l'Administration Communale d'Aubange

Catégorie : horsterritoire Page 1 of 11

Une avance de trésorerie de 10 000 € pour les TPE et indépendants !

La crise du Covid-19 touche lourdement les très petites entreprises et les indépendants dans leur activité et leur trésorerie.

C’est pourquoi, en parallèle aux diverses mesures fédérales et régionales, aux efforts consentis par les banques et les outils financiers wallons (SRIW, Sowalfin, Sogepa), IDELUX a décidé d’octroyer des financements à hauteur de 10 000 € via un accès simplifié au taux préférentiel de 1,25 % pour les très petites entreprises (10 ETP maximum) et les indépendants fortement touchés par la crise.

Ces aides font partie des 14 actions du plan de relance conçu par IDELUX et la Province de Luxembourg, en concertation avec d’autres acteurs économiques luxembourgeois (Luxembourg Développement, CCILB, UCM, Fédération HoReCa et syndicats).

Vous trouverez ICI toutes les informations sur ces aides ainsi que les formulaires à compléter par les TPE et indépendants.

Covid-19 – Urgence sociale

Soucieuse du sort de nombreux citoyens touchés par la crise du Covid-19, la Wallonie met en place un service d’aides aux urgences sociales, et ce via deux canaux : le renforcement des numéros verts 1718 (pour les francophones) et 1719 (pour les germanophones) et la mise à disposition de FAQ spécifiques sur le portail luttepauvrete.wallonie.be qui reprend plus de 200 nouveaux contenus qui ont trait à différentes thématiques/compétences qu’elles soient régionales ou autres. Le portail se fait le relais de domaines variés tels que l’énergie, le logement, l’enseignement, l’aide psychologique, les crédits, l’aide à la jeunesse ou encore le fonctionnement des CPAS et l’aide alimentaire.

Quels sont les avantages de ce portail web ?

  • Les infos liées à la crise sont taguées [COVID-19], vous pouvez donc faire une recherche facilement avec les mots-clés qui vous intéressent et voir ce qui a été encodé dans le cadre de la crise sanitaire.
  • Les infos sont alimentées par les organismes compétents et les acteurs de terrain. Elles concernent donc des publics très variés et des compétences qui le sont tout autant.
  • Ces infos sont mises à jour régulièrement pour tenir compte de l’évolution des mesures prises par les autorités dans le cadre de la crise.
  • Finalement, ces infos sont dans la mesure du possible orientées usagers à savoir, qu’elles s’adressent, par question/réponse aux usagers qui pourraient se sentir concernés et apportent une réponse détaillée et en faisant le relais vers le bon endroit, vers le bon organisme via le « Où m’adresser ? ».

Covid-19 – Testing et suivi de contacts

Dans le cadre de la stratégie de déconfinement décidée par le Conseil national de sécurité, les procédures de testing et de suivi des contacts ont une importance capitale. L’objectif est d’identifier rapidement les cas positifs pour les isoler et, ainsi, briser les chaînes de transmission.

Dorénavant, et ce depuis le 4 mai, chaque citoyen qui présente des symptômes potentiels du Covid‑19 (toux, fièvre, difficulté respiratoire, perte du goût ou de l’odorat, maux de gorge, douleur à la poitrine, douleur musculaire, nez qui coule) doit prendre contact par téléphone avec son médecin traitant. C’est ce dernier qui, sur base d’une consultation téléphonique, prend la décision de prescrire un test de dépistage.

En cas de résultat positif, une période de quarantaine doit être scrupuleusement respectée. Attention que les principes de la quarantaine sont bien plus stricts que ceux d’un confinement. Un patient en quarantaine ne peut sortir de chez lui pour aucun motif. Les membres de sa famille vivant sous le même toit doivent également respecter cette quarantaine.

Les patients testés positifs devront établir une liste des personnes avec lesquelles ils ont eu des contacts durant les deux jours précédents les premiers symptômes. L’anonymat est garanti. Les personnes renseignées seront contactées par des agents de l’AVIQ. Ils devront respecter une période de quarantaine de 14 jours. Ils devront être particulièrement attentifs à l’apparition d’éventuels symptômes et le cas échéant prendre contact avec leur médecin traitant. Au vu de l’accès au testing systématique mis en place par le Gouvernement luxembourgeois, il est très important que les travailleurs frontaliers qui seraient testés positifs au Covid-19 informent leur médecin traitant afin que le suivi des contacts puisse être également mis en place.

Campagne de sensibilisation sur le partage de la route avec les 2 roues

Les 2 roues sont de sortie, et depuis peu, les voitures marquent leur retour. Dans ce contexte de déconfinement, l’AWSR (Agence Wallonne pour la Sécurité Routière) invite les usagers de la route à être attentifs l’un à l’autre.

Que ce soit lié au confinement ou à une météo favorable, de nombreux Wallons ont retrouvé le plaisir des sorties à vélo, et plus récemment à moto. L’arrivée de l’été, et l’incertitude quant aux vacances à l’étranger vont sans nul doute intensifier ce phénomène … avec le risque d’accident qui va de pair.

En effet, dès le premier trimestre 2019 déjà, la baisse continue du nombre de décès sur les routes wallonnes avait connu un point de rupture. En cause : une croissance du nombre de victimes parmi les cyclistes, nombreux sur les routes dès le printemps. En 2020, ne réitérons pas cela.

Voilà déjà près d’un an que le code de la route impose une distance latérale de dépassement d’un cycliste de 1m50 hors agglomération, et de 1 mètre en ville. D’après une étude de l’AWSR en 2019, seul un Wallon sur deux connaît cette nouvelle règle, donc peu la pratiquent. C’est le moment de combler cette lacune !

Dans un même temps, l’AWSR met également l’accent sur l’importance du partage de la route entre motards et automobilistes, en cette période un peu euphorique de « liberté retrouvée » sur les routes.

Car selon une étude IBSR-Vias, en Wallonie, 84% des accidents impliquant une moto le sont avec une voiture ; et 2 fois sur trois, l’erreur est imputable à l’automobiliste.

Que l’on soit motard ou automobiliste, mieux appréhender l’autre sur la route est donc clé, pour ne pas être surpris. Ici aussi, une certaine distance fait tout son sens.

Ensemble, partageons les bons conseils pour préserver les vies sur la route.

 

Enquête publique/consultation – Mobilisation contre l’enfouissement des déchets nucléaires

C’est via le Luxembourg que les bourgmestres des communes belges ont découvert qu’une enquête publique était en cours concernant l’enfouissement de déchets nucléaires, dont plus de 1000km² en Ardenne et en Gaume. Certes, il ne s’agit encore que d’enquêter afin d’élaborer un avant-projet d’arrêté ministériel qui servirait à déterminer des sites potentiels, mais la plus grande méfiance est de mise

Chaque citoyen est invité à donner son avis en participant à la consultation publique transfrontière lancée par le gouvernement belge. Le rapport peut être consulté sur le site de l’Ondraf et l’avis transmis jusqu’au samedi 13 juin 2020 à l’aide du formulaire en ligne disponible sur le site, par e-mail à info@ondraf.be ou par voie postale à l’adresse ONDRAF SEA 2020, avenue des Arts 14, B-1210 Bruxelles.

Allocation mensuelle covid-19 pour les ménages pauvres et en perte de revenus

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP) demande au gouvernement fédéral de décider d’une aide financière mensuelle directement versée aux ménages, durant la crise Covid-19, avec effet rétroactif.

Ce virus fantôme avec ses conséquences graves s’abat sur un terreau d’inégalités préexistantes ! Il était inévitable  que les mesures sanitaires dont le confinement, indispensables, s’appliquent inégalement suivant les situations de vie des ménages, et conduisent certains vers des difficultés très aiguës.

Pour le quart de la population wallonne, plus encore à Bruxelles et moins, mais toujours beaucoup trop en Flandre, en incapacité de faire face à des dépenses imprévues avant la naissance de la crise, pour les ménages en perte de revenus du fait de la suspension ou la perte d’un travail rémunéré officiel ou « de compléments » de subsistance, pour les personnes subissant l’explosion de frais (alimentaires, téléphoniques, de santé, psychologiques, ou qui verront bientôt leurs factures de régularisation d’eau, de chauffage, d’électricité gravement grever leur budget) alors qu’elles disposaient déjà de trop peu de moyens pour vivre, la crise sociale n’est pas à craindre, elle est grave tout de suite !  Elle enfonce dans les détresses matérielles et morales.

Sur base d’un principe de confiance, le gouvernement fédéral soutient financièrement directement les entreprises et les indépendants pour éviter le crash économique. Les ménages pauvres et en perte de revenus sont aussi l’économie. Une allocation COVID19, un soutien financier mensuel directement versé aux ménages le temps de la crise et avec effet rétroactif, maintenant !

Pour participer à la campagne vous pouvez :
  • Et pour les champions des réseaux sociaux , vous pouvez changer le décor de votre photo de profil, changer votre bannière, votre photo instagram, Twitter,  grâce au lien : https://www.dropbox.com/sh/fng66okbex0k07j/AAD_Pd18cYUALMGPVoTR7GIEa?dl=0
  • Partager les visuels et la campagne sur les réseaux sociaux, le plus possible.
  • Transférer par mail à vos contacts la demande d’allocation mensuelle covid-19 maintenant !

Comment demander une pension ou une GRAPA en cette période de confinement ?

En raison des mesures de lutte contre le Covid-19, tous les Pointpensions sont temporairement fermés.

Toutefois, les citoyens peuvent toujours trouver de l’aide pour à faire leur demande de pension ou de GRAPA :

  • Via le numéro spécial Pension 1765 (numéro gratuit).
    Appelez le 1765, choisissez le français et appuyez sur 3 et 1.
    Vous pourrez ainsi compléter les documents avec l’aide
    d’experts.
  • Via votre dossier personnel sur mypension.be
  • Via le site demandepension.be

Organisation de fêtes cultuelles et philosophiques durant les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus

Les autorités fédérales et régionales ont pris des mesures contraignantes et de grande envergure pour empêcher la propagation du coronavirus. Elles resteront en vigueur au moins jusqu’au 3 mai 2020 compris.

Des fêtes religieuses se dérouleront dans les jours à venir :

LE RAMADAN : qui commence cette année vers le 23 avril 2020 et se termine vers le 23 mai 2020 avec la célébration de l’Aïd Al-Fitr (Fête de la rupture du jeûne).

CÉRÉMONIES LAÏQUES : Les fêtes de printemps (6 ans) et la fête laïque de la jeunesse (12 ans) sont les festivités de nombreux enfants laïques. Au printemps, les jeunes se préparent au jour où les valeurs laïques humanistes seront au centre de leur vie. Ils réfléchissent à qui ils sont et à ce qu’ils veulent représenter pour le monde.

Les mesures actuelles liées à l’endiguement du Coronavirus COVID 19 auront donc, en tout ou en partie, un impact sur le déroulement de ces événements, qui se caractérisent habituellement par de nombreux rassemblements (dans le contexte de la prière, de la famille, de l’entraide) dans des lieux privés ainsi que, dans certains cas, sur l’espace public.

CÉLÉBRATION DES FÊTES CULTUELLES ET PHILOSOPHIQUES NON CONFESSIONNELLES

Mesures :

Tous les moments de prière, célébrations et rassemblements collectifs sont interdits jusqu’au dimanche 3 mai 2020, avec une prolongation possible au-delà, à l’exception :

  • des cérémonies funéraires, mais uniquement en présence de 15 personnes au maximum, avec une distance de 1,5 mètre entre chaque personne et sans possibilité d’exposition du corps ;
  • des mariages religieux, mais uniquement en présence des époux, de leurs témoins et du ministre du culte.

De nombreuses alternatives aux célébrations sont proposées via le streaming en direct :

RASSEMBLEMENTS FAMILIAUX ET AMICAUX LORS DES FÊTES CULTUELLES ET PHILOSOPHIQUES NON CONFESSIONNELLES

Les rassemblements entre amis et les rassemblements en famille sont interdits. A l’occasion des célébrations cultuelles et philosophiques, seuls les rassemblements de membres de famille vivant sous le même toit sont autorisés.

Les visites familiales aux membres ne vivant pas sous le même toit ne sont pas autorisées, sauf s’il s’agit d’aider un membre vulnérable de la famille (personnes âgées, personnes en situation de handicap, mineurs et autres personnes vulnérables).

Chenilles processionnaires

Qu’est-ce qu’une chenille processionnaire ?

C’est la chenille d’un papillon de nuit « Thaumetopoea processionea ». Il existe 2 espèces de chenilles processionnaires : la chenille processionnaire du pin et la chenille processionnaire du chêne. Toutes deux provoquent un affaiblissement important des arbres, car elles se nourrissent de leur feuillage.

Comment identifier la présence de chenilles processionnaires ?

Les nids de chenilles processionnaires ne sont pas difficiles à repérer : ces cocons de soie fleurissent  sur des  branches d’arbres isolés ou situés à la lisière des forêts. Ces chenilles se retrouvent toujours en groupe d’au moins une dizaine d’individus, accolés les uns aux autres lorsqu’elles sont au repos ou en comportement typique de procession, lorsqu’elles se déplacent en longue file.

Pourquoi la chenille processionnaire est-elle un nuisible dangereux pour l’homme et les animaux ?

Les chenilles possèdent sur leur face dorsale un appareil urticant composé de micro poils qui sont projetés en l’air, lorsque la chenille se sent menacée.

Cet appareil contient un très grand nombre de minuscules dards empoisonnés. Leur caractère fortement urticant est dû au fait que le poil en se cassant dans l’organisme y libère une toxine  qui peut provoquer d’importantes réactions allergiques (mains, cou, visage) mais aussi des troubles oculaires ou respiratoires et dans les cas les plus graves , des chocs anaphylactiques. Les atteintes à l’œil peuvent avoir d’importantes conséquences si les poils ne sont pas rapidement enlevés.

 Le danger est aussi important pour les animaux de compagnie : un chien atteint à la langue (qu’il peut avoir utilisée pour lécher les démangeaisons sur son corps), s’il n’est pas soigné rapidement par des fortes doses de cortisone, risque alors la nécrose de la langue. Il ne pourra donc plus se nourrir.

Si l’animal est piétiné, écrasé, soufflé par le vent… ses poils se cassent et restent présents sur place ou s’envolent.

Quel est son cycle de vie ?

Le cycle biologique de la chenille processionnaire s’étale sur une année. Au début de l’été des papillons de nuit sortent de terre, ils s’accouplent. La ponte (entre 50 et 700 œufs ) a lieu au sommet des arbres, où les œufs hivernent dans un abri en soie  jusqu’au printemps suivant. Les chenilles sortent alors de l’oeuf  et la colonie quitte l’abri. La vie larvaire des chenilles dure alors de deux à trois mois.

C’est à cette époque, généralement jusqu’à la mi-juillet, qu’il est possible d’observer le comportement caractéristique de ces chenilles, qui se déplacent en file indienne,  des branches vers le feuillage, dont elles se nourrissent. Elles sont reliées entre elles par un fil de soie. La construction du nid en fil de soie intervient à l’automne, entre-temps les chenilles auront changé de couleur et se seront recouvertes de poils très urticants.

L’arrivée du printemps sonne la sortie du nid, c’est la descente vers la terre en procession (jusqu’à une centaine). Là elles choisissent un endroit bien ensoleillé et s’enterrent. Elles vont rester au chaud tout l’hiver, sortant pour se nourrir ou pour arranger le nid. Quinze jours plus tard, les chenilles se transforment en chrysalide, état dans lequel elles peuvent rester des mois voire plusieurs années en fonction des régions et du climat. Toujours sous terre, les chrysalides se métamorphosent en papillons et en été, les papillons sortent de terre, s’accouplent… et le cycle recommence. Les papillons  nocturnes, volent de fin juillet à fin septembre, selon les années. Il est à noter qu’un papillon adulte vole sur 25 km .

Que faire en cas de découverte d’un nid de chenilles processionnaires ?

  • Ne touchez  pas ni le nid ni les chenilles.
  • N’essayez pas de combattre vous-même ni le nid ni les chenilles.
  • N’arrosez pas les chenilles avec de l’eau sous pression. Ceci aurait comme conséquence de disperser les poils urticants par voie aérienne.

Les insecticides sont inefficaces en plus d’être nocifs pour l’être humain et l’environnement.

D’anciens nids qui contiennent des poils qui peuvent rester urticants pendant  8 années et continuer à causer des problèmes de santé publique durant toute cette période, devront également être traités par des professionnels.

Avertissez  les  pompiers : 112

Votre interlocuteur, vous posera quelques questions pour vérifier qu’il s’agit bien de ce type de chenilles. Il vous mettra alors en rapport avec un agent du  D.N.F. ( Département de la Nature et des Forêts ), qui viendra constater. S’il y a lieu, il vous demandera  de faire appel à une société spécialisée dans l’éradication des nids :

LUX3DSERVICES – 6880 Bertrix – 0477/70 91 89
RHS Pest Control : L-9648 Erpeldange – 00352/28 89 24 00

Si un nid est situé sur le domaine public, la procédure reste la même, sauf que le travail de destruction des nids sera effectué  par la Protection civile. Les  pompiers interviennent  en soutien ( au cas où il y aurait un début d’incendie et pour rincer les agents ).

Violence conjugale et intrafamiliale : les services d’aide restent à votre disposition

Pour beaucoup de femmes et d’enfants, le foyer n’est pas un lieu sûr. Les nécessaires mesures de maintien au domicile augmentent aujourd’hui les risques de violence et aggravent les situations où s’exercent déjà des violences conjugales et intrafamiliales. Le sentiment d’isolement des victimes est également renforcé.

Une Task force « Violence conjugale et intrafamiliale » vient d’être mise en place par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Wallonie, la Région de Bruxelles-Capitale et la Cocof pour répondre aux risques d’amplification des problèmes de violence dans cette période de crise sanitaire et de maintien à domicile.

Nous vous invitons à diffuser les numéros des services d’urgence, d’écoute et de soutien qui sont à la disposition des victimes de violences conjugales et intrafamiliales.
Des numéros d’aide existent également pour accompagner les auteurs et prévenir le passage aux actes de violences.
Ces numéros sont disponibles sur le portail de l’Action sociale.

Un chat est également accessible sur www.ecouteviolencesconjugales.be les mardis de 15h à 17h, les mercredis de 14h à 16h et les jeudis de 12h à 14h.

Page 1 of 11

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén